Accueil la station activités histoire et patrimoine vidéos sites remarquables

ancien refuge CAF de Chamrousse

Imaginez Chamrousse sans route d'accès, sans remontée mécanique, sans immeuble. Uniquement quelques haberts ! Reportez-vous en 1911, année durant laquelle sortit de terre son refuge du CAF. L'édification de ce bâtiment fut certainement l'événement le plus important depuis la construction de la fameuse cabane du Père Tasse quarante-six années auparavant.


Cet ancien refuge est toujours debout, malheureusement désaffecté et inutilisé (un projet prévoit cependant sa réhabilitation pour accueillir la maison communale de l’environnement). Il est situé au bas du Recoin, à proximité du poste à essence et de la chapelle. Construit en seulement 3 mois, il était prêt à accueillir ses hôtes dès la fin de l'année 1911.


Modeste, mais chaleureux, il aura rempli ses bons offices durant 56 années jusqu'à ce qu'il fût remplacé par un nouveau refuge plus spacieux, plus confortable, plus fonctionnel. Ce "nouveau" refuge se trouve sur les hauteurs du Recoin ... mais il est à présent fermé au public.

Le gardien le plus connu de l'ancien refuge fut le guide Christophe Turc (également gérant du refuge de la Pra).

refuge CAF de Chamrousse en 1911

caractéristiques du refuge du Recoin de Chamrousse

- architecte : G. Serbonnel

- propriétaire du terrain : le comte de Saint-Ferriol qui autorisa le CAF à occuper gracieusement l'emplacement du refuge

- altitude du refuge : 1 620 m.

- édification : été 1911 (3 mois de travaux)

- coût des travaux : 23 000 francs dont 2 500 francs pour le mobilier (un total qui représenterait à présent 72 000 euros)

- superficie : 80 mètres carrés

- construction : en grosse maçonnerie (murs de 50 à 60 cm d'épaisseur)

- composition :

          1 - un sous-sol à usage de caves, resserres et bûcher
          2 - un rez-de-chaussée comprenant un grand vestibule avec râtelier à skis et                avec tambour ouvrant sur un perron couvert, cuisine, salle à manger, petit                salon. W.-C.avec siège à effet d'eau
          3 - un étage avec 3 chambres (pourvues au total de 5 lits et de 4 couchettes-                paquebot), 1 grand dortoir à 2 lits de camp superposés, 1 chambre noire                pour photographes
          4 - combles aménagés de 2 chambrettes pour le gérant et les guides

- revêtements : lambris en sapin (sauf la cuisine)

- ouvertures : fenêtres à double croisée (l'une en embrasure, l'autre coulissant à l'intérieur) ; volets et portes en chêne blindé d'une tôle de 2 mm

- couverture : en zinc, feuilles agrafées avec tasseaux de dilatation

- eau : amenée à l'évier par le captage d'une source pérenne, d'excellente qualité, située à 250 m. du chalet (canalisations en plomb)

- chauffage : combustible assuré par les forêts voisines ; fourneau de cuisine ; petit poêle dans le salon ; grand poêle Godin  installé dans la salle à manger, avec bouche de chaleur dans le vestibule et tuyau de tirage traversant le dortoir



source : revue CAF La Montagne du 20 décembre 1911

ancien refuge du CAF en 1911

Christophe Turc (1886 - 1952) fut, comme son père, guide. De 1922 à 1948, il a été le gardien du refuge de la Pra. Il assura cette même fonction de 1926 à 1952 au refuge du Recoin à Chamrousse. Le "Père Turc", comme on l'appelait, répartissait son temps de gardiennage en allant à la Pra l'été, et au Recoin l'hiver.

Voici comment le Guide Bleu (édition 1939) décrivait le refuge du Recoin :

«  Autour du chalet-hôtel du Recoin (1 620 m ; CAF ; pour skieurs; fermé l'été ; ouvert dès la neige d'automne ; gérant Christophe Turc, à Saint-Martin-d'Uriage, téléph. : tarifs ; 41 pl. dont 5 lits et 6 couchettes). - Ce chalet-hôtel est situé dans un haut vallon de pâturages, auprès des derniers arbres, au pied de Chamrousse. En hiver il est entouré de magnifiques champs de neige propices au ski.. »

et celui de la Pra :

«  Autour du chalet-hôtel de la Pra (2 110m). - Le chalet-hôtel est situé au fond d'un cirque rocheux et dénudé, sur une terrasse abrupte, dans une situation très abritée, au-dessus de la limite des forêts et au milieu d'un paysage sauvage.

Le chalet-hôtel (CAF) est géré (fin juin - fin sept.) par Christophe Turc, guide de 1re classe, téléph. 8 à Domène ; (7ch., 12 lits, dortoir, repos, provisions, taxe d'entrée, tarifs du C.A.F.). En hiver, l'annexe, refuge Couvat-du-Terrail, (10 pl. ; paillasse, couverture, poêle, pas de bois) reste ouvert à la disposition des skieurs. »

Christophe Turc

Christophe Turc
vers 1948

Le chalet skieur du Recoin, situé sur les hauteurs de la station, remplaça l'ancien refuge avant les Jeux Olympiques de Grenoble 1968. Il fut inauguré le 7 décembre 1967 par François Missoffe (1919 - 2003), Ministre de la Jeunesse et des Sports.

Il ne fait dorénavant plus office de refuge.

"nouveau" refuge CAF inauguré en 1967