© chamrousseweb.info 2006-2019 - Site non commercial édité par l’Association CHA’mrousse - plan du site - mentions légales
naissance
décès
sa vie
sa visite au Père Tasse
20 mai 1849 à Bordeaux
5 septembre 1930 à Paris
G. de Porto-Riche fit ses études de droit à Paris. Mais c’est l’écriture qui le passionnait. Après s’être essayé dans la poésie, il écrivit plusieurs pièces de théâtre dans lesquelles il analysait les rapports sentimentaux des couples. On a dit de lui qu’il était le « Racine bourgeois ». Il fut élu à l’Académie Française en 1923 au fauteuil 6 dont le prédécesseur fut Ernest Lavisse, et le successeur Pierre Benoît. Toutefois, suite à un différend sur son discours de réception (il semble qu’il n’avait guère porté attention à l’œuvre de son prédécesseur), il ne fut jamais reçu officiellement à l’Académie.
11 et 20 juillet 1875, 18 août 1875. Le 20 juillet 1875, il écrivait dans les registres du Père Tasse : Chez le Père Tasse, En compagnie de son ami Pierre Berton et par une pluie diluvienne. Il a aussi écrit un poème sur Chamrousse qui débutait ainsi :
Georges de Porto-Riche
Nous avions pris tous deux la route de Champrousse, Pierre et moi nous marchions gaiement. L’heure était douce Nous voulions de là-haut voir le pic de Jandri, Le val du Domènon, Grenoble, Chambéry
Georges de Porto-Riche
naissance : 20 mai 1849 à Bordeaux décès : 5 septembre 1930 à Paris visite chez le Père Tasse : 11 et 20 juillet 1875, 18 août 1875. Le 20 juillet 1875, il écrivait dans les registres du Père Tasse : Chez le Père Tasse, En compagnie de son ami Pierre Berton et par une pluie diluvienne. Il a aussi écrit un poème sur Chamrousse qui débutait ainsi : Nous avions pris tous deux la route de Champrousse, Pierre et moi nous marchions gaiement. L’heure était douce Nous voulions de là-haut voir le pic de Jandri, Le val du Domènon, Grenoble, Chambéry sa vie : G. de Porto-Riche fit ses études de droit à Paris. Mais c’est l’écriture qui le passionnait. Après s’être essayé dans la poésie, il écrivit plusieurs pièces de théâtre dans lesquelles il analysait les rapports sentimentaux des couples. On a dit de lui qu’il était le « Racine bourgeois ». Il fut élu à l’Académie Française en 1923 au fauteuil 6 dont le prédécesseur fut Ernest Lavisse, et le successeur Pierre Benoît. Toutefois, suite à un différend sur son discours de réception (il semble qu’il n’avait guère porté attention à l’œuvre de son prédécesseur), il ne fut jamais reçu officiellement à l’Académie.
© chamrousseweb.info 2006-2019 - Site non commercial édité par l’Association CHA’mrousse - plan du site - mentions légales