© chamrousseweb.info 2006-2019 - Site non commercial édité par l’Association CHA’mrousse - plan du site - mentions légales
Croix de Belledonne
La   Croix   de   Belledonne    (2   926   m)   requiert   effort   et   attention   pour   y   accéder   (il   est   préconisé   de   dormir   au   refuge   de   la   Pra   avant   d'y   commencer   tôt   l'ascension).   Une fois arrivé au sommet, la fatigue disparaît instantanément tant on est impressionné par le panorama unique et quasi circulaire. Magnifiques vues sur les Rousses, l'Oisans, le Vercors, la Chartreuse. Seul le Mont-Blanc est caché à notre vue par le Grand Pic de Belledonne. étymologie de Belledonne  (proposée par un ami internaute ayant visité ce site) : dans   la   langue   gauloise,   "belo"   signifie   "puissant",   "imposant".   Quant   à   "dunon",   le   terme   désigne   soit   un   lieu   fortifié,   soit   une   muraille   ou   un   mouvement   de   terrain assez   fort   pour   constituer   un   obstacle   difficile   à   vaincre.   Le   nom   "belledonne",   issu   de   "belodunon",   date   de   2500   ans   au   moins,   et   son   sens   s'est   perdu   au   fur   et   à mesure que d'autres parlers s'imposaient. En bas de page, une autre étymologie plus "romanesque".
névé de la Grande Pente en haut : la Croix de Belledonne croix de Belledonne vue depuis la Croix de Belledonne Croix de Belledonne & Pic Central vue depuis la Croix de Belledonne les 3 pics de Belledonne Croix de Belledonne Croix de Belledonne
les 3 sommets de gauche à droite : le Grand Pic de Belledonne, le Pic Central, la Croix de Belledonne
Les trois photos ci-dessus sont d’Olivier Coïc
étymologie   "romanesque"   du   nom   de   Belledonne    (*)   :   les   ouvriers   piémontais   qui   passaient   par   le   col   du   Glandon,   besace   au   dos,   pour   venir   chercher   du   travail en   Dauphiné,   furent   frappés,   dit-on,   par   l'aspect   singulier   du   Grand   Pic,   tel   qu'ils   l'apercevaient   à   un   coude   de   la   route,   près   du   Rivier.   Leur   imagination   poétique découvrit,   dans   la   forme   étrange,   l'image   d'une   Vierge   Noire,   telle   qu'en   taillaient   les   Primitifs   dans   les   blocs   de   chêne   dur,   d'une   Madone   portant   sur   son   sein   l'Enfant Jésus, et ils appelèrent la montagne élevée "Bella Donna". (*) selon la source Revue mensuelle La Montagne du CAF, édition de décembre 1923
© chamrousseweb.info 2006-2019 - Site non commercial édité par l’Association CHA’mrousse - plan du site - mentions légales
Croix de Belledonne
La   Croix   de   Belledonne    (2   926   m)   requiert   effort   et   attention   pour   y accéder    (il    est    préconisé    de    dormir    au    refuge    de    la    Pra    avant    d'y commencer    tôt    l'ascension).    Une    fois    arrivé    au    sommet,    la    fatigue disparaît   instantanément   tant   on   est   impressionné   par   le   panorama   unique et quasi circulaire. Magnifiques   vues   sur   les   Rousses,   l'Oisans,   le   Vercors,   la   Chartreuse. Seul le Mont-Blanc est caché à notre vue par le Grand Pic de Belledonne. étymologie   de   Belledonne    (proposée   par   un   ami   internaute   ayant   visité ce site) : dans   la   langue   gauloise,   "belo"   signifie   "puissant",   "imposant".   Quant   à "dunon",   le   terme   désigne   soit   un   lieu   fortifié,   soit   une   muraille   ou   un mouvement   de   terrain   assez   fort   pour   constituer   un   obstacle   difficile   à vaincre.   Le   nom   "belledonne",   issu   de   "belodunon",   date   de   2500   ans   au moins,   et   son   sens   s'est   perdu   au   fur   et   à   mesure   que   d'autres   parlers s'imposaient. En bas de page, une autre étymologie plus "romanesque".
en haut : la Croix de Belledonne croix de Belledonne Croix de Belledonne & Pic Central vue depuis la Croix de Belledonne
étymologie   "romanesque"   du   nom   de   Belledonne    (*)   :   les   ouvriers piémontais   qui   passaient   par   le   col   du   Glandon,   besace   au   dos,   pour venir    chercher    du    travail    en    Dauphiné,    furent    frappés,    dit-on,    par l'aspect   singulier   du   Grand   Pic,   tel   qu'ils   l'apercevaient   à   un   coude   de la   route,   près   du   Rivier.   Leur   imagination   poétique   découvrit,   dans   la forme    étrange,    l'image    d'une    Vierge    Noire,    telle    qu'en    taillaient    les Primitifs   dans   les   blocs   de   chêne   dur,   d'une   Madone   portant   sur   son sein    l'Enfant    Jésus,    et    ils    appelèrent    la    montagne    élevée    "Bella Donna". (*)   selon   la   source   Revue   mensuelle   La   Montagne   du   CAF,   édition   de décembre 1923