© chamrousseweb.info 2006-2019 - Site non commercial édité par l’Association CHA’mrousse - plan du site - mentions légales
site classé du lac Achard
Les   nombreux   promeneurs,   prenant   plaisir   à   se   détendre   sur   les   rives   du   lac   Achard ,   n'imaginent   pas   que   ce   site   bucolique   faillit   être   dénaturé   par   un   projet d'aménagement   qui   l'aurait   transformé   en   un   enchevêtrement   de   remontées   mécaniques   et   de   pistes   de   ski.   Bien   heureusement,   tout   danger   fut   définitivement   écarté suite au classement de ces lieux le 26 décembre 2000. On   y   accède   assez   facilement   depuis   Roche-Béranger   ou   le   plateau   de   l’Arselle.   L'été,   les   promeneurs   viennent   y   pique-niquer.   L'hiver,   alors   que   le   lac   est   gelé   en profondeur et recouvert d'un épais manteau neigeux, les skieurs de randonnée ou bien des raquettistes y goûtent un silence jamais troublé. D'où   le   nom   de   ce   lac   provient-il   ?    Certains   avancent   que   Jean-Alexis   Achard   (1807   -   1884),   peintre   paysagiste   et   graveur,   aurait   donné   son   nom   au   lac.   Quelque séduisante   que   soit   cette   version,   elle   est   très   controversée.   Mais   plus   important   que   l'origine   du   nom   est   de   pouvoir   bénéficier   d'un   environnement   exceptionnel,   tout comme aux lacs Robert (dans un tout autre registre, ces derniers présentant un caractère encore  plus sauvage).
Le saviez-vous ? En   1981   -   1982,   il   fut   projeté   de   pomper   les   eaux   du   lac   Achard   pour   alimenter   en   eau   potable Chamrousse   (études   réalisées   à   l'époque   à   la   demande   du   Conseil   Général   de   l'Isère).   Ce   projet ne   vit   pas   le   jour   car   ce   lac   constitue   un   volume   trop   faible   pour   permettre   une   telle   exploitation.   De plus, la position du lac aurait compliqué les travaux d'adduction vers la Station. Le   lac   Achard   a   une   profondeur   moyenne   très   faible,   de   l'ordre   de   2   mètres.   Comme   les   lacs Robert,   il   est   d'origine   glaciaire.   Il   est   obstrué   vers   le   Sud   par   un   verrou   naturel   sur   lequel   fut   édifiée une   petite   digue   pour   augmenter   le   volume   de   la   retenue.      L'exutoire   du   lac   forme   le   ruisseau   de   la Salinière (affluent de l'Arselle).
© chamrousseweb.info 2006-2019 - Site non commercial édité par l’Association CHA’mrousse - plan du site - mentions légales
site classé du lac Achard
Les   nombreux   promeneurs,   prenant   plaisir   à   se   détendre   sur   les   rives   du lac   Achard ,   n'imaginent   pas   que   ce   site   bucolique   faillit   être   dénaturé   par un   projet   d'aménagement   qui   l'aurait   transformé   en   un   enchevêtrement   de remontées    mécaniques    et    de    pistes    de    ski.    Bien    heureusement,    tout danger   fut   définitivement   écarté   suite   au   classement   de   ces   lieux   le   26 décembre 2000. On   y   accède   assez   facilement   depuis   Roche-Béranger   ou   le   plateau   de l’Arselle.   L'été,   les   promeneurs   viennent   y   pique-niquer.   L'hiver,   alors   que le   lac   est   gelé   en   profondeur   et   recouvert   d'un   épais   manteau   neigeux,   les skieurs   de   randonnée   ou   bien   des   raquettistes   y   goûtent   un   silence   jamais troublé. D'où   le   nom   de   ce   lac   provient-il   ?    Certains   avancent   que   Jean-Alexis Achard   (1807   -   1884),   peintre   paysagiste   et   graveur,   aurait   donné   son nom    au    lac.    Quelque    séduisante    que    soit    cette    version,    elle    est    très controversée.   Mais   plus   important   que   l'origine   du   nom   est   de   pouvoir bénéficier   d'un   environnement   exceptionnel,   tout   comme   aux   lacs   Robert (dans   un   tout   autre   registre,   ces   derniers   présentant   un   caractère   encore     plus sauvage).
Le saviez-vous ? En   1981   -   1982,   il   fut   projeté   de   pomper   les   eaux   du   lac   Achard   pour alimenter   en   eau   potable   Chamrousse   (études   réalisées   à   l'époque   à la   demande   du   Conseil   Général   de   l'Isère).   Ce   projet   ne   vit   pas   le   jour car   ce   lac   constitue   un   volume   trop   faible   pour   permettre   une   telle exploitation.   De   plus,   la   position   du   lac   aurait   compliqué   les   travaux d'adduction vers la Station. Le   lac   Achard   a   une   profondeur   moyenne   très   faible,   de   l'ordre   de   2 mètres.   Comme   les   lacs   Robert,   il   est   d'origine   glaciaire.   Il   est   obstrué vers   le   Sud   par   un   verrou   naturel   sur   lequel   fut   édifiée   une   petite   digue pour   augmenter   le   volume   de   la   retenue.      L'exutoire   du   lac   forme   le ruisseau de la Salinière (affluent de l'Arselle).