Accueil la station activités histoire et patrimoine vidéos sites remarquables

les patous en Belledonne

Dans le massif de Belledonne, le randonneur croisera un nombre croissant de patous, chiens de protection introduits depuis le retour du loup dans l'arc alpin. Sur les pentes de Chamrousse, le berger a conservé les méthodes traditionnelles d'accompagnement et de surveillance du troupeau, avec les chiens de conduite, sans présence d'un seul patou. Il n'en est pas de même ailleurs, comme à la Pra où plusieurs patous assurent la protection du troupeau des moutons et chèvres.


Les patous sont de gros chiens blancs, d'origine pyrénéenne où ils sont nommés "pastous" (du vieux français "pastre", berger). Imposants, il peuvent parfois apeurer les randonneurs et adeptes du VTT, en particulier lorsqu'ils se dirigent vers eux avec force aboiements.


En se basant sur des brochures éditées par les Ministères de l'Agriculture et de l'Ecologie, cette rubrique se donne pour objectifs d'expliquer le comportement des patous et des attitudes à adopter pour que la montagne demeure un espace partagé, sans danger. Les accidents avec les patous sont rares (pincements et parfois morsures). Aussi, prenez connaissance de toutes les informations qui suivent afin de vous éviter tout désagrément.


  •  Leur famille : les moutons

Né en bergerie, le chiot patou tisse des liens affectifs très forts avec les moutons : leur relation s'établit jusqu'à une accep­tation totale et réciproque. Après quoi le chien vit de manière permanente au sein du troupeau : l'été en montagne et l'hiver en ber­gerie.

Ces liens le condition­nent pour réagir instinctive­ment à toute agression contre le troupeau.

  •  à chacun son métier

Un autre type de chien sert à diriger ou à rassembler le troupeau : c'est le chien de conduite, qui reste en com­pagnie du berger. Au contraire, le chien de protection est autonome : il accompagne son troupeau et veille sur lui sans relâche, nuit et jour. Pour exercer sa vigilance il crée une zone de protection autour du troupeau, se tenant prêt à éloigner tout intrus : animal sauvage, chiens non tenus en laisse, etc.

  •  Leur atout : la dissuasion

Ces chiens ne sont pas éduqués pour l'attaque mais pour la dissuasion : leur corpulence et leurs aboiements sonores tiennent en respect les prédateurs. Dès qu'il sent un danger, le chien de protection s'interpose entre l'intrus et le troupeau en aboyant. Il donne ainsi l'alerte aussi bien pour les brebis que pour le berger. Mais c'est surtout une mise en garde qui signale à l'intrus sa présence : si ce dernier n'en tient pas compte, le chien peut alors aller jusqu'à l'affrontement.

  •  surveillez et contrôlez votre comportement

L'irruption de tout élément étranger au troupeau (animal sauva­ge, chien non tenu en laisse, promeneur, VTT...) peut troubler la quiétude du troupeau, perturber sa bonne marche et le travail du berger : elle met donc le chien de protection en alerte.

A votre approche, le patou vient alors vous flairer pour vous identifier. Après quoi, il regagne son troupeau. Parfois il peut aussi tenter de vous intimider. Pour les éviter, à l'approche d'un troupeau de moutons :

GARDEZ VOS DISTANCES

  • si vous croisez un troupeau, contournez lar­gement l'aire de pâturage ou de repos des brebis : vous respectez ainsi le travail des bergers sans perturber les animaux ;
  • attention  aux comportements  qui  vous semblent anodins (tenter de nourrir, cares­ser, prendre en photo un pastou, un mouton, un agneau...) : les chiens de protection peu­vent les interpréter comme une agression !
  • face à un chien de protection, adoptez un comportement calme et passif pour le rassu­rer. Si vous êtes impressionné, faites lente­ment demi-tour ;
  • si la présence de votre chien de compagnie est autorisée sur l'espace que vous fréquen­tez, tenez-le en laisse : vous éviterez qu'il ne déclenche, à l'approche d'un troupeau, une intervention dissuasive des patous ;
  • si vous êtes à vélo, il est préférable d’en descendre avant d’être à proximité d’un troupeau.
patou.pdf

Rien ne vaut une plaisante BD pour résumer tous les comportements adéquats à adopter lorsqu'on se trouve en "tête à tête" avec un patou.

Pour ouvrir ce document, puis le sauvegarder, cliquez sur l'image ci-contre. Vous pourrez ensuite l'imprimer. Je vous engage vivement à le consulter car les conseils prodigués vous seront d'une grande utilité si un patou vient vers vous en grognant.

  •  particularités du troupeau de la Pra

Ceux qui craignent les patous préféreront fréquenter le secteur de la Pra avant le 20 juillet, date approximative habituelle de la transhumance.

Les aires de pâture sont très vastes (outre le plateau de la Pra, on pourra souvent croiser les moutons sur la montée aux lacs Doménon, aux lacs Claret, Longet, David, du Crozet.

Le nombre de patous qui encadrent le troupeau varie selon les années (en général 5 à 7).