© chamrousseweb.info 2006-2019 - Site non commercial édité par l’Association CHA’mrousse - plan du site - mentions légales
Jeunesse et Montagne : jeunes gens à Chamrousse
C'est   en   août   1940   que   fut   créé   le   Mouvement   " Jeunesse   et   Montagne "   dont   le   fonctionnement   s'apparentait   aux   Chantiers   de   Jeunesse.   Alors   que   les   Chantiers étaient destinés aux jeunes de 20 ans, habitant la zone non occupée de la France, "Jeunesse et Montagne" s'adressait aux jeunes gens ayant atteint leurs 18 ans. C'est   dans   ce   contexte   que,   durant   l'été   1941,   150   jeunes   gens   de   "Jeunesse   et   Montagne"   vinrent   à   Chamrousse   se   former   à   l'alpinisme .   Cet   épisode   a   été retracé dans la revue " Sept-Jours " dont le directeur était Jean Prouvost. Jean   Prouvost   (1885   -   1978)   fut   un   éminent   homme   de   presse   puisqu'on   lui   doit,   par   exemple,   Paris   Match,   Paris   Soir   (devenu   France   Soir), Télé   7   Jours,   Marie-Claire. Il fut aussi un acteur essentiel de RTL. L'hebdomadaire " Sept-Jours " duquel est tiré ce reportage, bien que paru dans ces sombres années, ne peut être considéré comme un journal de la Collaboration. Après quelques déboires, Jean Prouvost fut d'ailleurs totalement blanchi en 1947. Le titre, les textes et les photos reproduits ci-dessous émanent de cette revue (*). (*) Sept-Jours, numéro 42 du 17 août 1941
DEUX CHEFS DE 20 ANS FORMENT 150 ALPINISTES DANS LE CAMP LE PLUS HAUT DE FRANCE
Au col de Champrousse, à 2000 mètres d'altitude, les jeunes ont allumé un feu de camp. Grenoble, qui scintille au loin, le voit briller. Ils chantent. L'un s'improvise chansonnier, un autre mime, un troisième jongleur. Le chef converse avec eux. A 22 h, ils seront couchés.
Cent   cinquante   jeunes   vivent,   sous   la   direction   de   leurs   chefs   -   qui n'ont   pas   43   ans   à   eux   deux   -   au   camp   N°   3   situé   à   1700   mètres d'altitude,   au   recoin   de   Champrousse.   Ils   cantonnent,   par   douze,   dans des   baraques   en   bois   démontables   qui   ont   été   montées   à   dos   de mulets   au   camp,   l'automne   dernier.   Ils   occupent   le   camp   depuis   deux mois   seulement   ;   le   ravitaillement   se   fait   aussi   à   dos   de   mulets.   Les jeunes   travaillent   par   équipes.   Les   uns   coupent   du   bois,   les   autres creusent   et   cimentent   une   grande   piscine   -   la   piscine   la   plus   haute   de France   -   d'autres   assurent   les   services   du   camp.   Chaque   jour,   des équipes   qui   se   relaient   font   des   courses   en   montagne   et   s'exercent   au rocher.    Cet    hiver,    ces    Jeunes,    ou    ceux    qui    leur    succéderont, deviendront   des   skieurs   de   classe,   sous   la   direction   de   moniteurs   tels que Mangard et Mathis.
Les jeunes posent sur cales les baraques démontables afin que l'air circule au-dessous
A 2000 ou 2300 mètres, on déjeune. Certains se baignent dans un lac que bordent des névés
Chaque jour, une équipe part en haute montagne. Elle s'entraîne à l'escalade et aux rappels. Leurs chefs font de ces jeunes des alpinistes
© chamrousseweb.info 2006-2019 - Site non commercial édité par l’Association CHA’mrousse - plan du site - mentions légales
DEUX CHEFS DE 20 ANS FORMENT 150 ALPINISTES DANS LE CAMP LE PLUS HAUT DE FRANCE
Jeunesse et Montagne : jeunes gens à Chamrousse
C'est   en   août   1940   que   fut   créé   le   Mouvement   " Jeunesse   et   Montagne " dont   le   fonctionnement   s'apparentait   aux   Chantiers   de   Jeunesse.   Alors que   les   Chantiers   étaient   destinés   aux   jeunes   de   20   ans,   habitant   la   zone non    occupée    de    la    France,    "Jeunesse    et    Montagne"    s'adressait    aux jeunes gens ayant atteint leurs 18 ans. C'est   dans   ce   contexte   que,   durant   l'été   1941,   150   jeunes   gens   de "Jeunesse     et     Montagne"     vinrent     à     Chamrousse     se     former     à l'alpinisme .   Cet   épisode   a   été   retracé   dans   la   revue   "   Sept-Jours   "   dont le directeur était Jean Prouvost. Jean   Prouvost   (1885   -   1978)   fut   un   éminent   homme   de   presse   puisqu'on lui   doit,   par   exemple,   Paris   Match,   Paris   Soir   (devenu   France   Soir), Télé   7 Jours, Marie-Claire. Il fut aussi un acteur essentiel de RTL. L'hebdomadaire   "   Sept-Jours   "   duquel   est   tiré   ce   reportage,   bien   que   paru dans   ces   sombres   années,   ne   peut   être   considéré   comme   un   journal   de la Collaboration. Après   quelques   déboires,   Jean   Prouvost   fut   d'ailleurs   totalement   blanchi en 1947. Le   titre,   les   textes   et   les   photos   reproduits   ci-dessous   émanent   de   cette revue (*). (*) Sept-Jours, numéro 42 du 17 août 1941
Au col de Champrousse, à 2000 mètres d'altitude, les jeunes ont allumé un feu de camp. Grenoble, qui scintille au loin, le voit briller. Ils chantent. L'un s'improvise chansonnier, un autre mime, un troisième jongleur. Le chef converse avec eux. A 22 h, ils seront couchés.
Cent     cinquante     jeunes     vivent,     sous     la direction   de   leurs   chefs   -   qui   n'ont   pas   43   ans à    eux    deux    -    au    camp    N°    3    situé    à    1700 mètres   d'altitude,   au   recoin   de   Champrousse. Ils   cantonnent,   par   douze,   dans   des   baraques en   bois   démontables   qui   ont   été   montées   à dos   de   mulets   au   camp,   l'automne   dernier.   Ils occupent      le      camp      depuis      deux      mois seulement   ;   le   ravitaillement   se   fait   aussi   à dos    de    mulets.    Les    jeunes    travaillent    par équipes.   Les   uns   coupent   du   bois,   les   autres   creusent   et   cimentent   une grande   piscine   -   la   piscine   la   plus   haute   de   France   -   d'autres   assurent   les services   du   camp.   Chaque   jour,   des   équipes   qui   se   relaient   font   des courses   en   montagne   et   s'exercent   au   rocher.   Cet   hiver,   ces   Jeunes,   ou ceux   qui   leur   succéderont,   deviendront   des   skieurs   de   classe,   sous   la direction de moniteurs tels que Mangard et Mathis.